Chapitre 12 - Le périlleux passage du Nord-Ouest ..Chapter 12 - The North West Passage

 
aventures-guirec-soudee-thumbnail-13-Alasaka.jpg

....

Ce passage maritime est d’environ 5000 km de long et relie l’océan Atlantique nord à l’Océan Pacifique en passant à travers les îles arctiques du Grand Nord Canadien. Il n’est praticable que depuis quelques années du fait du réchauffement climatique.

Durant l’été Arctique le passage s’ouvre quelques semaines mais les chenaux étroits, les plaques de banquises dérivantes, les courants violents, les icebergs et les hauts fonds le rendent particulièrement périlleux. À ce jour très peu de bateaux sont parvenus à le franchir.

Comme si cela ne suffisait pas, une difficulté supplémentaire s’est ajoutée pour l’équipage. Naviguant trop proche du pôle magnétique, le pilote automatique ne fonctionne plus. Guirec sera obligé de rester à la barre pour garder le cap.

En quittant le village de Saqqaq, Guirec navigue vers la mer de Baffin, il slalome doucement à travers d’immenses icebergs. Leurs silhouettes brillent dans la lumière dorée du soleil permanent à cette période de l’année. Le spectacle est grandiose, magnifique.

Le retour à la réalité est rapide : une muraille de glace dérivante les arrête net, il est impossible de se frayer un chemin, le risque est trop élevé. À bord c’est la cavalcade ! Obligés de changer de Cap, ils font route plein nord pour essayer de contourner l’obstacle. 

Après 540 miles et plus de 100 heures de navigation sans dormir, la mer du Baffin est traversée. (En une semaine) Arrivés fatigués à Pond Inlet, c’était sans compter sur la surprise que les autorités Canadiennes leur réservaient !!  Guirec passe plusieurs heures derrière les barreaux pour détention d’une arme à feu et d’une poulette non déclarée. Le risque est gros : amende et possibilité de ne pas avoir accès au territoire canadien.

Heureusement les douaniers sont compréhensifs, une fois de plus ils s’en sortent in extremis. Guirec et Momo poursuivent leur route. Ils passent le détroit de Bellot, se dirigent vers Goja Haven puis Tuktoyaktuk où ils font escale quelques heures.

Guirec dort peu, 10 minutes par 10 minutes, Yvinec à la cap au milieu de cette mer de glace. Quand il n’est pas réveillé en sursaut par le fasseyement des voiles, c’est par le bruit sourd de la glace qui s’écrase contre la coque. Il faut être vigilant, la navigation est périlleuse, la moindre erreur serait fatale.

À défaut d’être chaud le soleil rend la vie plus agréable. Les paysages à couper le souffle leurs font oublier, le froid, la faim et la fatigue. Leur chemin croise celui d’un monde marin menacé, celui des ours, des phoques, des narvals, et des baleines. Monique trop heureuse de trouver des copains se pavane fièrement devant eux sur le pont ! 

32 jours, 3400 miles (soit 6000km) plus tard, l’équipage accoste finalement le 1er septembre 2016 à Nome. Momo peu être fière : mademoiselle est la seule poule de l’histoire des poules à avoir traversé le Passage du Nord Ouest !

Pas le temps de se reposer ! Il faut quitter la mer du Béring au plus vite, de grosses dépressions s’annoncent ! Guirec et Monique naviguent actuellement plus au sud vers Kodiak où enfin ils pourront se reposer. 

Vivement les tropiques !

..

This maritime passage is nearly 3,106 miles long and connects the north Atlantic Ocean to the Pacific Ocean via the Canadian Arctic Archipelago. It was not possible until recently to traverse, but due to climate change it is now more accessible. 

The passage opens during the short arctic summer for a few weeks but tight passages, moving ice floes, violent currents, icebergs, and shallow depths make it perilous voyage. Less than 250 boats have completed this passage.

If that wasn’t enough to stop a sailor, there are difficulties with equipment. Navigating so close to the magnetic North Pole renders the autopilot and the magnetic compass useless. Guirec had to stay at the helm all the time the boat was moving.

After leaving Saqqaq, Guirec sailed across Baffin Bay. Slaloming gently between immense icebergs, their silhouettes shiny under the midnight sun, the spectacle was magnificent.

Return to reality was rapid: a wall of ice stopped Yvinec cold. The risk to make a route through the ice was too high. On board, it was chaos! In order to get around the ice he changed his route to a more northerly course. 

After 540 miles and more than 100 hours of sailing without sleep, Baffin Bay was behind them. Arriving exhausted in Pond Inlet, the Canadian authorities surprised Guirec by placing him behind bars, his crime : a firearm and a chicken, both undeclared.  The potential penalties were steep : a fine, and no access to  Canada.

Happily the customs officers were understanding once they realized better his situation. Guirec and Momo continued on their way. They went through Bellot strait, then Goja Haven, and then Tuktoyaktuk where they stopped for a few hours.

Guirec slept a little, 10 minutes at a time, leaving Yvinec to drift laying ahull in this sea of ice. When he was not woken by the sound of the wind in the sails it was by the crunch of ice hitting the hull. He had to remain vigilant, as the navigation was difficult and any error could prove fatal. 

The sun wasn’t hot but when it came out it made life easier. The breathtaking landscape made one forget the cold, hunger, and tiredness. Our path crossed with many of the world’s endangered species : bears, seals, narwals and whales. Monique was  very happy to find friends and proudly paraded on deck.

32 days, 3400 miles later, the crew made it to Nome on September 1. Momo could be proud: she was the first chicken in the history of chickens to cross the Northwest Passage. 

But there is no time to rest ! It was imperative to exit the Bering sea quickly as the large depressions forming confirmed ! Guirec and Monique set sail south to Kodiak where they could at last rest and relax upon arrival !

Can’t wait for Tropic!

....

 
Pierre Simondet